« Il faudra probablement attendre jusqu’en 2022 ou 2023 avant d’obtenir un bilan complet de notre ÉCHEC COLLECTIF à respecter la cible de 2020», nous dit Pierre-Olivier Pineau dans l’article intitulé « GES : Pour revoir ses cibles, Québec doit savoir comment les atteindre », paru dans l’Actualité du 11 octobre 2021.

Le 13 octobre 2021, j’ai fait paraître le commentaire suivant en réponse à cet article.

Le sermon culpabilisant de Pierre-Olivier Pineau

Et voilà. L’accusation est lancée. Selon Pierre-Olivier Pineau, nous serions maintenant — vous et moi — coupables d’un ÉCHEC COLLECTIF si le Québec ne parvient pas à atteindre les cibles de réduction de GES qu’il s’est fixé pour 2020 !
• Comme si c’était nous, simples citoyens du Québec, et non Jean Charest qui avions décidé en 2009 de fixer cette cible utopique de réduction de 20% de nos émissions de GES.
• Comme si c’était nous qui avions concocté le fameux Plan Vert qui devait supposément nous conduire sur les voies lumineuses de cette cible utopique.
• Comme si c’était nous qui avions nommé la bande d’incompétents et d’irresponsables qui a fait partie du Fonds Vert depuis sa formation jusqu’à son abolition l’année passée et son remplacement par le Fonds d’électrification.
L’aveu d’ignorance de Monsieur Pineau sur les causes de cet ÉCHEC est d’autant plus inquiétant, qu’il fait partie du « Comité consultatif sur les changements climatiques » chargé justement de conseiller le ministre de l’Environnement sur la voie à suivre désormais pour atteindre la prochaine cible de 2030.
Pour obtenir le texte complet du commentaire (3 pages en format PDF), 
cliquez sur le lien ci-dessous.